courtesy by: Swiss Investors Protection Association
swissbit@solami.com ¦ www.solami.com/gold.htm ¦ .../commercetreaties.htm ¦ .../tradeact.htm
(souligné par nos soins)


-    Friendship, Reciprocal Establishments, Commerce and Extradition Convention of 1850
-     Vertrag zwischen der Schweiz, Eidgenossenschaft und den USA, 25.Nov 1850; Botschaft 30.April 1855
-    Abrogation of most-favored-nation commerce clauses of Swiss-American Friendship Convention
-    reciprocal autonomous maintenance of most-favored-nation commerce clauses
-    Swiss-American "Reciprocal Trade" Agreement of 1936 (English version, pdf format: .../1936.pdf)
-    GATT Treaty of 1947, strengthening and generalizing most-favored-nation commerce rule
-    Doppelbesteuerungsabkommen CH/USA i.S. Erbschaftssteuern, 9.Juli 1951; Botschaft 9.Aug 1951
-    Mutual Legal Assistance in Criminal Matters Treaty With Switzerland, May 25, 1973
 


FRIENDSHIP, RECIPROCAL ESTABLISHMENTS,
COMMERCE, AND EXTRADITION

Convention signed at Bern November 25,1850
Senate advice and consent to ratification, with amendments, March 7, 1851 (1)
Ratified by the President of the United States, with amendments, March 12, 1851 (1)
Senate advice and consent to ratification of "new draft", with amendments, May 29,1854 (1)
Ratified by Switzerland July 30,1855
"New draft" ratified by the President of the United States, with amendments, November 6,1855 (1)
Ratifications exchanged at Washington November 8,1855
Entered into force November 8,1855
Proclaimed by the President of the United States November 9,1855
    Articles VIII to XII, inclusive, terminated March 23, 1900 (2);
    articles XIII to XVII, inclusive, superseded March 29, 1901, by treaty of May 14,1900 (3)

11 Stat. 587; Treaty Series 353
    The United States of America and the Swiss Confederation, equally animated by the desire to preserve and to draw more closely the bonds of friendship which so happily exist between the two Republics, as well as to augment, by all the means at their disposal, the commercial intercourse of their respective citizens, have mutually resolved to conclude a General Convention of Friendship, Reciprocal Establishments, Commerce, and for the Surrender of Fugitive Criminals.
    For this purpose, they have appointed as their Plenipotentiaries, to wit:
    The President of the United States, A. Dudley Mann, Special Agent of the United States on a mission to the Swiss Confederation, and
    The Swiss Federal Council, Henry Druey, President of the Swiss Confederation, Director of the Political Department, and Frederick Frey-Herosee, Member of the Federal Council, Director of the Department of Commerce and of Tolls, who, after a communication of their respective full powers, have agreed to the following articles:

ARTICLE I

    The citizens of the United States of America and the citizens of Switzerland shall be admitted and treated upon a footing of reciprocal equality in the two countries, where such admission and treatment shall not conflict with the Constitutional or legal provisions as well Federal as State and Cantonal of the contracting parties. The citizens of the United States and the citizens of Switzerland, as well as the members of their families, subject to the Constitutional and legal provisions aforesaid, and yielding obedience to the laws, regulations and usages of the country wherein they reside, shall be at liberty to come, go, sojourn temporarily, domiciliate or establish themselves permanently, the former in the Cantons of the Swiss Confederation, the Swiss in the States of the American Union, to acquire, possess and alienate therein property (as is explained in Article V); to manage their affairs, to exercise their profession, their industry and their commerce, to have establishments, to possess warehouses, to consign their products and their merchandise, and to sell them by wholesale or retail, either by themselves, or by such brokers or other agents as they may think proper; they shall have free access to the Tribunals and shall be at liberty to prosecute and defend their rights before courts of Justice, in the same manner as native citizens, either by themselves, or by such advocates, attorneys or other agents as they may think proper to select. No pecuniary or other more burdensome condition shall be imposed upon their residence or establishment, or upon the enjoyment of the above-mentioned rights than shall be imposed upon citizens of the country where they reside, nor any condition whatever, to which the latter shall not be subject.
    The foregoing privileges however shall not extend to the exercise of political rights nor to a participation in the property of communities, corporations or institutions of which the citizens of one party, established in the other, shall not have become members or co-proprietors.

ARTICLE II

    The citizens of one of the two countries, residing or established in the other, shall be free from personal military service, but they shall be liable to the pecuniary or material contributions, which may be required, by way of compensation, from citizens of the country where they reside, who are exempt from the said service.
    No higher impost, under whatever name, shall be exacted from the citizens of one of the two countries, residing or established in the other, than shall be levied upon citizens of the country in which they reside, nor any contribution whatsoever to which the latter shall not be liable.
    In case of war or of expropriation for purposes of public utility, the citizens of one of the two countries residing or established in the other shall be placed upon an equal footing with the citizens of the country in which they reside, with respect to indemnities for damages they may have sustained.

ARTICLE III

    The citizens of one of the two Republics, residing or established in the other, who shall desire to return to their country, or who shall be sent thither by a judicial decision, by an act of police, or in conformity with the laws and regulations on morals and mendicity, shall be received at all times and under all circumstances, they, their wives and their legitimate issue, in the country to which they belong, and in which they shall have preserved their rights, in conformity with the laws thereof.

ARTICLE IV

    In order to establish their character as citizens of the United States of America or as citizens of Switzerland, persons belonging to the two contracting countries shall be bearers of passports, or of other papers in due form, certifying their nationality as well as that of the members of their family, furnished or authenticated by a diplomatic or consular Agent of their nation, residing in the one of the two countries which they wish to inhabit.

ARTICLE V

    The citizens of each one of the contracting parties shall have power to dispose of their personal property, within the jurisdiction of the other, by sale, testament, donation or in any other manner, and their heirs, whether by testament or ab intestato, or their successors, being citizens of the other party, shall succeed to the said property or inherit it, and they may take possession thereof, either by themselves or by others acting for them; they may dispose of the same as they may think proper, paying no other charges than those to which the inhabitants of the country wherein the said property is situated shall be liable to pay in a similar case. In the absence of such heir, heirs, or other successors, the same care shall be taken by the authorities, for the preservation of the property, that would be taken for the preservation of the property of a native of the same country, until the lawful proprietor shall have had time to take measures for possessing himself of the same.
    The foregoing provisions shall be applicable to real estate, situated within the States of the American Union or within the Cantons of the Swiss Confederation in which foreigners shall be entitled to hold or inherit real estate. But in case real estate, situated within the territories of one of the contracting parties, should fall to a citizen of the other party, who, on account of his being an alien, could not be permitted to hold such property, in the State or in the Canton in which it may be situated, there shall be accorded to the said heir or other successor such term as the laws of the State or Canton will permit to sell such property; he shall be at liberty at all times to withdraw and export the proceeds thereof without difficulty and without paying to the Government any other charges than those which, in a similar case would be paid by an inhabitant of the country in which the real estate may be situated.

ARTICLE VI

    Any controversy that may arise among the claimants to the same succession, as to whom the property shall belong, shall be decided according to the laws and by the Judges of the country in which the property is situated.

ARTICLE VII

    The contracting parties give to each other the privilege of having, each, in the large cities and important commercial places of their respective States, Consuls and Vice-Consuls of their own appointment, who shall enjoy the same privileges and powers, in the discharge of their duties, as those of the most favored nations. But before any Consul or Vice-Consul shall act as such, he shall, in the ordinary form, be approved of by the Government to which he is commissioned.
    In their private and business transactions, Consuls and Vice-Consuls shall be submitted to the same laws and usages as private individuals, citizens of the place in which they reside.
    It is hereby understood that in case of offense against the laws, by a Consul or a Vice-Consul, the government to which he is commissioned, may, according to circumstances, withdraw his exequatur, send him away from the country, or have him punished in conformity with the laws, assigning to the other government its reasons for so doing.
    The archives and papers belonging to the Consulates shall be respected inviolably, and under no pretext whatever shall any magistrate, or other functionary, visit, seize, or in any way interfere with them.
[ARTICLE VIII [4]
   In all that relates to the importation, exportation and transit of their respective products, the United States of America and the Swiss Confederation shall treat each other, reciprocally, as the most favored Nation, Union of Nations, State or Society, as is explained in the following articles.

ARTICLE IX

    Neither of the contracting parties shall impose any higher or other duties upon the importation, exportation or transit of the natural or industrial products of the other, than are or shall be payable upon the like articles, being the produce of any other country, not embraced within its present limits.

ARTICLE X

    In order the more effectually to attain the object contemplated in article VIII, each of the contracting parties hereby engages not to grant any favor in commerce to any Nation, Union of Nations, State, or Society, which shall not immediately be enjoyed by the other party.

ARTICLE XI

    Should one of the contracting parties impose differential duties upon the products of any nation, the other party shall be at liberty to determine the manner of establishing the origin of its own products, destined to enter the country by which the differential duties are imposed.

ARTICLE XII

    The Swiss territory shall remain open to the admission of articles arriving from the United States of America; in like manner, no port of the said States shall be closed to articles arriving from Switzerland, provided they are conveyed in vessels of the United States or in vessels of any country having free access to the ports of said States. Swiss merchandise arriving under the flag of the United States or under that of one of the nations most favored by them, shall pay the same duties as the merchandise of such nation; under any other flag, it shall be treated as the merchandise of the country to which the vessel belongs.
    In case of ship-wreck and of salvage on the coasts of the United States, Swiss merchandise shall be respected and treated as that belonging to citizens of the said States.
    The United States consent to extend to Swiss products, arriving or shipped under their flag, the advantages which are or shall be enjoyed by the products of the most favored nation, arriving or shipped under the same flag.
    It is hereby understood that no stipulation of the present article shall in any manner interfere with those of the four aforegoing articles, nor with the measures which have been or shall be adopted by either of the contracting countries in the interest of public morality, security or order.]
[ARTICLE XIII [5]
    The United States of America and the Swiss Confederation, on requisitions made in their name through the medium of their respective diplomatic or consular Agents, shall deliver up to justice persons who, being charged with the crimes enumerated in the following article, committed within the jurisdiction of the requiring party, shall seek asylum or shall be found within the territories of the other: Provided, That this shall be done only when the fact of the commission of the crime shall be so established as to justify their apprehension and commitment for trial, if the crime had been committed in the country where the persons, so accused, shall be found.

ARTICLE XIV

    Persons shall be delivered up, according to the provisions of this Convention, who shall be charged with any of the following crimes, to wit:
    Murder, (including assassination, parricide, infanticide and poisoning);
    Attempt to commit murder;
    Rape;
    Forgery, or the emission of forged papers;
    Arson;
    Robbery with violence, intimidation, or forcible entry of an inhabited house;
    Piracy;
    Embezzlement by public officers, or by persons hired or salaried, to the detriment of their employers, when these crimes are subject to infamous punishment.

ARTICLE XV

    On the part of the United States the surrender shall be made only by the authority of the Executive thereof, and on the part of the Swiss Confederation, by that of the Federal Council.

ARTICLE XVI

    The expenses of detention and delivery, effected in virtue of the preceding articles, shall be at the cost of the party making the demand.

ARTICLE XVII

    The provisions of the aforegoing articles, relating to the Surrender of Fugitive Criminals, shall not apply to offenses committed before the date hereof, nor to those of a political character.]
ARTICLE XVIII
    The present Convention is concluded for the period of ten years, counting from the day of the exchange of the ratifications; and if one year before the expiration of that period, neither of the contracting parties shall have announced, by an official notification, its intention, to the other, to arrest the operations of said Convention, it shall continue binding for twelve months longer, and so on, from year to year, until the expiration of the twelve months which will follow a similar declaration, whatever the time at which it may take place.

ARTICLE XIX

    This Convention shall be submitted, on both sides, to the approval and ratification of the respective competent authorities of each of the contracting parties, and the ratifications shall be exchanged at the City of Washington, as soon as circumstances shall admit.
    In faith whereof the respective Plenipotentiaries have signed the above articles, under reserve of the abovementioned ratifications, both in the English and French languages, and they have thereunto affixed their seals.

Done, in quadruplicate, at the City of Berne, this twenty-fifth day of November, in the year of our Lord one thousand eight hundred and fifty.
A. DUDLEY MANN                    H. DRUEY                    F. FREY-HEROSEE

____________
1     For texts of U.S. and Swiss amendments and for a detailed study of this convention, see 5 Miller 845. The text printed here is the amended text as proclaimed by the President.
2     Pursuant to notice of termination given by the United States Mar. 23, 1899 [see related observations, contained in message of Swiss Federal Council of 1936 on the Swiss-US "Reciprocal Trade" Agreement of 9 January 1936: "Our exports haven't particularly suffered from this [formal lifting of the most-favored-nation clause, which essentially followed the growing US isolationist tendencies and its high-tariff commerce policies], as the two countries accorded each other autonomously the same most-favored-nation treatment for their exportations." FEUILLE  FEDERALE, vol. I 1936, p. 489]
3     TS 354, post, p. 904.
894-900



see also:
-    U.S. Trade Act of 2002
-    "Valid, yet moribund U.S. Treaties with EU States"
-    "Zum Bilateralen Vertragsnetz der Schweiz (inkl. EU-Staaten)"



[4]
Recueil officiel, tome XVII, 1900, p.175

Dénonciation des articles VIII à XII du traité d'établissement et de commerce,
du 25 novembre 1850, par les Etats-Unis d'Amérique.
(Du 31 mai 1899.)

    Le gouvernement des Etats-Unis d'Amérique a dénoncé' les articles VIII a XII du traité d'établissement et de commerce, du 25 novembre 1850*), par lesquels les deux Etats se garantissent réciproquement, sans aucune condition, les droits de la nation la plus favorisée dans toutes leurs relations commerciales et douanières.
    Le Conseil fédéral a decidé d'accepter cette dénonciation.
    Les articles susmentionnés restent en vigueur jusqu'au 23 mars 1900 inclusivement.
Berne, le 31 mai 1899.

Chancellerie fédérale.
*) Voir Recueil officiel, tome V, page 189.



[5]    les articles XIII à XVII ont été abrogés par l'art. XIV du traité d'extradition du 14 mai 1900 entre la Suisse et les Etats-Unis d'Amérique (RS 0.353.933.6)

(English version of 1936 "Reciprocal Trade" agreement
in pdf format: www.solami.com/1936.pdf)
FEUILLE  FEDERALE, vol I 1936, p. 489

3385 MESSAGE du Conseil fédéral à l'Assemblée fédérale
concernant 1'approbation de 1'accord commercial du 9 janvier 1936 entre la Suisse et les Etats-Unis d'Amérique.
(Du 27 mars 1936.)

Monsieur le Président et Messieurs,
Nous avons l'honneur de soumettre à votre approbation l'accord commercial entre la Suisse et les Etats-Unis d'Amérique, conclu le 9 janvier 1936.

I.
Les relations commerciales entre notre pays et la république amie de 1'Améique du Nord ont été déjà réglées en 1850 par un traité d'amitié, d'établissement, de commerce et d'extradition qui prevoyait 1'octroi du traitement de la nation la plus favorisée. Les Etats-Unis dénonçèrent cependant en 1899 les dispositions de ce traité relatives aux échanges commerciaux, qui, dorénavant, ne furent plus réglés conventionnellement. Notre exportation n'a pas specialement souffert de cet état de choses, les deux pays s'étant accordé, par voie autonome, le traitement de la nation la plus favorisée pour leurs exportations de marchandises. [Ce nouvel accord formalisera à nouveau le traitement réciproque de la nation la plus favorisée.]
    Ledit traitement, a lui seul, ne suffisait pas à écarter la menace d'une diminution de l'écoulement de nos marchandises par suite de relèvements de droits de douane. A quelques rares exceptions près, il fallut constater qu'à chaque révision du tarif douanier américain correspondait un nouveau relèvement des barrières douanières, déjà élevées. Le tarif appliqué au début de l'été 1930, connu sous le nom de Hawley Smoot, prévoyait un accroissement des droits de douane plus considérable que tous les précédents. Les nouveaux droits se révélèrent prohibitifs pour beaucoup de marchandises. Presque à la même époque, la crise mondiale s'accentua fortement. Ce second événement, s'ajoutant au relèvement douanier précité, eut pour effet de réduire l'exportation suisse à destination des Etats-Unis à un niveau bien inférieur à celui auquel on pouvait s'attendre.
    Après quelques années, une lueur d'espoir parut à l'horizon, L'Amerique s'était rendu compte que son empire, économique, bien que riche et important, n'était cependant pas aussi indépendant de l'économie mondiale que l'auraient voulu les défenseurs d'un système à peu prè complet d'économie fermée et que, des lors, la haute barriere douaniere qu'elle avait établie ne pouvait 1'empêcher d'être également envahie par la crise générale. Les principaux membres du nouveau gouvemement démocratique se déclarerent prêts à tirer la conséquence des faits observé au cours de ces dernières années, et, contrairement à une tradition fort vieille, à entamer des négociations en vue de la conclusion de traités de commerce prévoyant des concessions douanières réciproques. En juin 1934, le congrès américain accorda au président Roosevelt les pleins pouvoirs qu'il demandait à cet effet.
La Suisse n'hesita pas a declarer, de son c6te, qu'elle etait prete a prendre part a des pourparlers en vue de la conclusion d'un traite de commerce. Sa declaration fut accueillie favorablement, et, au debut de juin 1935, les negociations purent commencer a Washington. La Suisse y avait delegué le ministre Stucki. En fort peu de temps, les représentants des deux pays purent d&Emir les buts a atteindre, ecarter les differences les plus importantes existant entre les methodes des deux parties en matière de politique commerciale et établir les dispositions fondamentales d'un accord commercial a partie tarifaire. Apres que les concessions obtenues et les demandes encore en suspens de I'autre partie eurent été examinées des deux cotes de 1'Atlantique, la deuxieme phase des negociations commença, comme convenu, en septembre. Notre pays était représenté à ces pourparlers par la légation de Suisse à Washington, ainsi que par notre consul général à New-York. Nous avons renoncé à envoyer une delegation spéciale en Amérique vu les frais que cela aurait entrainé. II en est resulte, cela va de soi, une certaine aggravation des difficult^s et des retards aasez longs, Grace a la competence de nos representants officiels à Washington, et à New-York, il fut néanmoins possible de mener nos négociations a bien de cette maniere inusitee.
Le nouvel accord commercial put etre signe a Washington le 9 janvier 1936.. Apr&s avoir 6te approuv6 par le Conseil federal, sous r6serve de ratification, il est entr6; provisokement en vigueur le 15 fevrier.
II.
L'exposé suivant vous renseignera sur lea dispositions de l'accord:
I. PARTIE GENERALE
    Le texte de cette partie de l'accord a été élaboré d'après un schéma général d'accord que le gouvemement américain avait soumis aux Etats étrangers comme base de négociation. C'est pourquoi l'accord renferme différentes dispositions et tournures qui ne se retrouvent pas dans nos autres traités de commerce.
    Article I (droits de douane conventionnels suisses et contingents d'importation). II est prevu que les produits des Etats-Unis enuméres dans 1'annexe I.A a l'accord, n'acquitteront pas, lors de leur importation en Suisse, des droits de douane plus éléves que ceux qui sont spécifiés dans ladite annexe. Les autres contributions accessoires percues sur ou concernant les importations ne devront pas être plus élevées que celles qui sont perçues ou doivent être perçues ultérieurement en vertu des lois suisses en vigueur le jour de la signature de l'accord. En ce qui concerne les marchandises énumérées dans l'annexe I. B, les contingents d'importation annuels ne devront pas etre inferieurs a ceux qui sont Specifies dans ce document.
    Article II (droits de douane américains). C'est le correspondant exact du premier alinéa de l'article I. Il concerne les concessions douanieres américaines, spécifiées dans l'annexe II, dont bénéficieront les produits suisses.
    Article III (droits compensant des taxes internes). Malgre les dispositions des deux articles précédents, les parties auront le droit d'établir, à l'importation d'un produit quelconque, un droit équivalent à une taxe interne.
    Article IV (valeur juridique des annexes). II est expressément specifié que les annexes I et II auront force et effet en tant que parties intégrantes de l'accord.
    Article V (droits ad valorem). II est prevu que les parties ne pourront apporter à la méthode actuelle de prelèvement des droits ad valorem aucune modification qui aurait des effets défavorables pour les importateurs.
    Article VI (interdiction d'arrêter de nouvelles restrictions à l'importation pour les produits designés dans l'accord). Sauf dans les cas exceptionnels énumérés dans le deuxième alinéa, il ne pourra être édicté de nouvelles restrictions à l'importation pour les marchandises designées dans les annexes I et II.
    Article VII (engagements concernant les restrictions à l'importation en vigueur ou qui viendraient à être établies). Sur le desir expres du gouvemement américain, les restrictions à l'importation actuelles ou qui viendraient à être établies sont soumises à une règlementation spéciale qui vise, principalement, l'octroi par une des parties contractantes à l'autre partie d'une quote-part des contingents globaux proportionnelle aux livraisons antérieures de cette dernière.
    Article VIII (monopole de l'importation). II est prévu que l‘autre partie contractante recevra un traitement équitable en ce qui concerne les achâts de marchandises effectués par le monopole.
Article IX (taxes internes prélevées après l'importation). Les articles de l'un des pays contractants seront exempts, après leur importation dans l'autre de ces pays, de toutes taxes internes autres ou plus élevées que celles qui sont acquittees par les articles similaires nationaux ou originaires de tout autre pays étranger.
    Article X (nation la plus favorisee). On a repris ici la clause classique de la nation la plus favorisée, telle qu'elle figure, sous une forme ou sous une autre, dans tous les traités de commerce conclus par la Suisse. Les dispositions figurant dans notre accord avec les Etats-Unis sont conformes à celles dont le comité economique de la Societé des Nations avait recommande autrefois l'adoption et qui ont été reprises depuis lors dans presque tous les nouveaux traités de commerce signés par notre pays.
    Article XI (modifications en cas de variation du taux du change). Les parties contractantes auront le droit de proposer l'ouverture de négociations tendant à modifier l'accord ou de denoncer celui-ci moyennant un préavis de 30 jours, si le taux du change actuel entre les monnaies suisse et américaine subissait des variations d'une telle ampleur qu'il en resulterait un préjudice pour l'industrie et le commerce.
    Article XII (representations). Chacun des pays contractants s'engage a accorder une bienveillante attention aux représentations de 1'autre de ces pays concernant 1'application des reglements douaniers, des restrictions a rimpoftation et des reglements sanitaires. Lorsqu'il y aura disaccord au sujet de representations relatives a 1'application de lois ou reglements sanitaires, le cas sera examine par un comite d'experts.
    Article XIII (non-application de la clause de la nation la plus favorisée à certains1 territoires). Il est prevu que le traitement de la nation la plus favorisée ne s'appliquera pas dans certains cas, vu les relations spéciales que les Etats-Unis entretiennent avec Cuba, les iles Philippines, la zone du canal de Panama et les possessions américaines, ainsi que le traité d'union douanière conclu entre la Suisse et la principauté de Liechtenstein.
    Article XIV (autres cas ou la clause de la nation la plus favorisée ou l'accord ne sont pas appliqués). La clause de la nation la plus favorisée ne s'applique pas aux avantages concédés en vue de faciliter le trafic frontalier ou résultant d'une union douanière. A la condition qu'aucune disdrimination arbitraire ne soit établie, dans des circonstances similaires, par l'une des parties, les dispositions de l'accord ne s'appliqueront pas également aux restrictions imposées pour des raisons d'ordre moral ou humanitaires ou ayant pour objet la protection de l'homme, des animaux ou des plantes, aux prohibitions concernant les marchandises fabriquées dans les prisons et à l'application des lois de police ou des lois fiscales. Rien n'empêchera en outre les Etats contractants de contrôler l'importation ou l'exportation d'or ou d'argent ou l'exportation d'armes et de matériel de guerre.
    Article XV (modification de la procédure antérieure de nature à léser l'un des Etats contractants). Au cas ou l'un des pays contractants modifierait une mesure ou procédure antérieure de façon à rendre nul ou à porter atteinte à l'un des buts poursuivis par l'accord, tout en ne violant aucune de ses dispositions, les représentations ou propositions ecrites de l'autre gouvernement visant à un règlement satisfaisant, pour les deux parties, de la question devront être prises, en consideration. Si un accord n'intervient pas, la partie lésée pourra dénoncer l'accord dans un bref delai.
    Article XVI (états tiers bénéficiaires des concessions). Chaque partie contractante est autorisée à supprimer ou a modifier les concessions accordées pour certaines marchandises ou à imposer des restrictions quantitatives sur ces articles si des Etats tiers deviennent les principaux bénéficiaires de ces concessions et si l'importation s'accroit anormalement de ce fait. Le gouvernement ayant l'intention de procéder à une telle suppression ou modification de concessions devra cependant signifier cette intention, à l'avance et par ecrit, à l'autre Etat contractant. Si un accord à ce sujet ne peut être réalisé, ledit pays pourra denoncer l'accord dans un bref delai.
    Article XVII (mesures autonomes americaines concernant la lutte centre la contrebande des montres). Au cas où, malgré la déclaration concernant la lutte centre la contrebande des montres annexée à l'accord, le gouvernement américain venait à mettre encore en vigueur, en vue d'arrêter cette contrebande, une mesure autonome quelconque que le Conseil fédéral considererait comme restreignant indûment l'importation ou la vente des montres ou des mouvements de montres suisses, le gouvernement des Etats-Unis accordera l'attention la plus bienveillante ä toutes répresentations que la Suisse pourrait lui faire à ce sujet. Si, dans les 30 jours après reception de ces représentations, il n'a pas été possible de parvenir à une entente, la Suisse aura le droit dans les 14 jours suivants de dénoncer la déclaration précitée ou l'accord dans son entier dans les 60 jours.
    Article XVIII (ratification, entrée en vigueur, durée, dénonciation); Dans cet article figurent les dispositions concernant la ratification, l'entrée en vigueur, la durée et la dénonciation de l'accord. Celui-ci pourra être approuvé par le président Roosevelt en vertu des pouvoirs que le congres américain lui a conférés. II sera ratifié par le Conseil fédéral avec l'approbation de l'Assemblée fédérale.
Les dispositions des articles la XVII ont été appliquées provisoirement, dès le 15 février 1936, dans l'attente de la mise en vigueur définitive de l'accord.
Sous réserve des possibilités prémentionnées de mettre antérieurement fin à l'accord, celui-ci restera en vigueur jusqu'au 14 février 1939. Si, au moins 6 mois avant cette date, il n'a pas été dénoncé, il restera en vigueur, sous réserve des mêmes dispositions, pour une durée indeterminée. Il peut être dénoncée à tout instant pour prendre fin à l'expiration d'une periode de 6 mois.
2. IMPORTATION EN SUISSE
a. Reductions de droits.
Outre une serie de consolidations de droits consenties par notre pays et pour lesquelles vous voudrez bien vous reporter a 1'annexe I. A, la Suisse a accorde aux Etats-Unis des reductions de droits pour les articles suivants:
b. Contingentement des importations,
Les contingents 6tablis par la Suisse pour 1'importation d'un certain nombre de marchandises ont du etre consolid6s a leur niveau actuel ou meme augmentes. Laliste des contingents consolides figure dansl'annexe I.B' a 1'accord; vous etes pries de vous y reporter. La plupart des droits de douane suisses e"tant relativement mode"re"s, de 1'avis meme des autorite"s americaines, nous n'avons pas pu faire aux Etats-Unis des concessions etendues en matiere de taxation douaniere. Les arrangements conclus au sujet des restrictions suisses & 1'importation constituent done la partie la plus importante des concessions accordees par notre pays en ^change des reductions tarifaires am6ricaines.
3. IMPORTATION AUX ETATS-UNIS D'AMERIQUE
Outre quelques consolidations de droits -— par exemple pour les mouvements de montres et parties de montres non dénommées spécialement dans l'accord, ainsi que pour les souliers cotisu chaussoii et la gaze pour bluterie en soie — la Suisse a obtenu les principales concessions douanieres. suivantes:
4. DECLARATION CONCERNANT LA LUTTE CONTRE LA CONTREBANDE DES MONTRES
Cette declaration figurant a la fin de 1'accord constitue une innovation.
L'arrangement en question a ete conclu pour deux raisons: D'une part, les Etats-Unis se trouvaient sur le point de prendre unilateralement des mesures pour lutter centre la contrebande des montres, ce qui nous engageait a 6onclure un arrangement a ce sujet en vue d'exercer une influence sur la tournure que prendraient les eVenements, et d'autre part, les negociateurs americains avaient d6clarp qu'ils ne pourraient conclure aucun accord commercial avec la Suisse sans un arrangement relatif a la contrebande des montres.
II est preVu dans la declaration en cause que la Suisse pretera aux autorit6s americaines un concours assez etendu dans leur lutte centre le trafic illegal des montres. II est cependant clair que le principal controle visant a mettre fin a cette contrebande devra etre exerce lors de I'entr6e des montres aux Etats-Unis. En effet, les autorites federates ne peuvent plus exercer aucun controle sur la marchandise apres qu'elle a quitte le territoire douanier suisse. Les arrangements relatifs a la lutte centre la contrebande des montres constituent un essai de reglementation qui donnera indubitablement de bons resultats en depit des lacunes inevitables dues aux circonstances.
Vous trouverez tous les renseignements utiles sur les dispositions de detail des arrangements en question en lisant la d6claratipn qui,: dans le pr6sent message, est annexee au texte de 1'accord.
III.
Les observations qui precedent, completees par les statistiques jointes au present message et par le texte de 1'accord et de ses annexes, vous mettront en mesure de vous prononcer.
II ne serait guere possible d'emettre des predictions tant soit peu sures au sujet des consequences de 1'accord. Trop de facteurs obscurs de nature a exercer une influence decisive sur les ^changes de marchandises sub-sistent encore, meme pour un avenir prochain. Nous mentionnons a cet egard, a titre d'exemple, les fluctuations monetaires internationales, la concurrence des Etats tiers en matiere d'exportation, les reactions de Pin-dustrie Rationale se traduisant par une baisse des prix; le pouvoir d'achat de la population et les variations de la mode. De plus, dans beaucoup de cas, les droits de douane americains reduits conventionnellement sent 'encore si elev^s que des changements relativement.minimes de la situation '*£, economique et des prix pourront exercer une influence decisive sur 1'ecoule* des marchandises.
Abstraction faite de ces incertitudes par lesquelles une politique com-merciale 6nergique ne doit pas se laisser influencer trop fortement, nous pouvons pretendre a bon droit que notre nouvel accord avec les Etats-JJnis.— notre premier traite avec ce pays comprenant des clauses tari-faires — constitue un progres important. Dans des circonstances a peu pres normales, on devrait pouvoir constater une intensification notable des exchanges de marchandises, dont la-diminution a et6 si considerable au cours de ces anne"es dernieres. Diverses industries suisses qui, par suite de la concurrence d'autres pays beneficiant du traitement de la clause de la nation la plus favorisee, ne retirent pas de 1'accord tous les avantages qu'elles en escomptaient, pourront profiter dans un avenir prochain —-nous 1'esperons — des concessions douanieres accordees par les Etats-Unis a des pays tiers.
Les reductions de droits du tarif americain permettront a diverses industries importantes de notre pays et surtout a I'agriculture d'exporter aux Etats-Unis dans des conditions a peu pres acceptables. Les concessions accordees par la Suisse en contre-partie sont raisonnables et peuvent .des lors etre approuvees.
II est agreable de constater que dans les temps incertains que nous vivons, notre pays a pu conclure avec 1'un des meilleurs acheteurs de pro-duits suisses un accord commercial d'une duree relativement longue et qui, contrairement a beaucoup d'accords signes au cours de ces annees dernieres, a pour but non pas de reduire le niveau actuel des echanges de marchandises mais au contraire de le relever. .
Nous fondant sur les considerations qui precedent, nous vous proposons:
d'approuver 1'accord commercial en question, en adoptant le projet d'arrete ci-joint.
Veuillez agréer, Monsieur le.Préesident et Messieurs, les assurances de notre haute considération.
Berne, le 27 mars 1936.
Au nom du Conseil fédéral suisse:
Le président de la Confédération,
MEYER.
Le chancelier de la Confédération,
G.BOVET. . .
Annexes.



RS 0.632.21

Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT)
Conclu à Genève le 30 octobre 1947 Accession provisoire avec effet le ler janvier 1960
Approuvé par l'Assemblée fédérale le 10 Juin 1959(1)
Instrument d'adhésion déposé par la Suisse le 2 juillet 1966 Entreé en vigueur pour la Suisse le ler aout 1966
(Etat le 12 août 2003)

    Les Gouvernements du Commonwealth d'Australie, du Royaume de Belgique, des Etats-Unis du Brésil, de la Birmanie, du Canada, de Ceylan, de la République du Chili, de la République de Chine, de la République de Cuba, des Etats-Unis d'Amérique, de la République française, de l'Inde, du Liban, du Grand-Duché de Luxembourg, du Royaume de Norvège, de la NouvelleZélande, du Pakistan, du Royaume des Pays-Bas, de la Rhodésie du Sud, du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, de la Syrie, de la République tchéoslovaque et de l'Union Sud-Africaine,
    Reconnaissant que leurs rapports dans le domaine commercial et e"conomique doi-vent etre orientes vers le relevement des niveaux de vie, la realisation du plein em-ploi et d'un niveau e'leve' et toujours plus croissant du revenu re"el et de la demande effective, la pleine utilisation des ressources mondiales et 1'accroissement de la production et des ^changes de produits,
    Désireux de contribuer à la réalisation de ces objets par la conclusion d'accords visant, sur une base de réiprocité et d'avantages mutuels, à la reduction substantielle des tarifs douaniers et des autres entraves aux échanges et à l'élimination des discriminations en matière de commerce international,
    Sont, par l'entremise de leurs représentants, convenus de ce qui suit:
Partie I
Art. 1 Traitement général de la nation la plus favorisée
1. Tous avantages, faveurs, privileges ou immunités accordé par une partie contractante à un produit originaire ou à destination de tout autre pays seront, immédiatement et sans condition, étendus à tout produit similaire originaire ou à destination du territoire de toutes les autres parties contractantes. Cette disposition concerne les droits de douane et les impositions de toute nature qui frappent les importations ou les exportations ou qui sont perçus à l'occasion d'importations ou d'exportations, ainsi que ceux qui frappent les transferts internationaux de fonds destinés à régler les importations ou les exportations, le mode de perception de ces droits et impositions, 1'ensemble de la reglementation et des forrnalite's afferentes aux importations on mix cxporlaiions ainsi (|iic toules les questions qui font 1'objet
des paragraphs 2 el 4 do rarlicle III.
2. Irs dispositions du paragraphe premier du present article n'entraineront pas, en malign- dc drolls el d'imposilions a 1'iniportation, la suppression des preferences ciMiinfic'cs < i aprcs, a condition qu'elles ne ddpassent pas les limites fixfes au para-giaphc 'I du picsenl.article:
a.     prelc-icnces en vigueur exclusivcment entre deux ou plusieurs des territoires 6nimicr£s k 1'annexe A, sous reserve des conditions qui y sont stipulees;
b.    preferences en vigueur exclusivement entre deux ou plusieurs des territoires qui, au ler juillet 1939, relevaient d'une commune souverainete ou etaient unis par des liens de protectorat ou de suzerainete et qui sont enumeres dans les annexes B, C et D, sous reserve des conditions qui y sont stipulees;
c.     preferences en vigueur exclusivement entre les Etats-Unis d'Amerique et la Republique de Cuba;
d.     preferences en vigueur exclusivement entre pays voisins enumeres dans les annexes E et F.
3. Les dispositions du paragraphe premier du present article ne s'appliqueront pas aux preferences entre les pays qui faisaient autrefois partie de 1'Empire Ottoman et qui en ont ete detaches le 24 juillet 1923, pourvu que ces preferences soient approu-vees aux termes des dispositions de 1'alinea a du paragraphe 5 de 1'article XXV, qui seront appliquees, dans ce cas, compte tenu des dispositions du paragraphe premier de 1'article XXIX.
4. En ce qui concerne les produits qui beneficient d'une preference en vertu du paragraphe 2 du present article, la marge de preference, lorsqu'il n'est pas expresse-ment prevu une marge de preference maximum dans la liste correspondante annexee au present Accord, ne depassera pas,
a.     pour les droits ou impositions applicables aux produits repris dans la liste susvisee, la difference entre le taux applique aux parties contractantes bene-ficiant du traitement de la nation la plus favorisee et le taux preferentiel stipules dans cette liste ; si le taux preferentiel n'est pas stipule, on considerera, aux fins d'application du present paragraphe, que ce taux est celui qui etait en vigueur le 10 avril 1947, et, si le taux applique aux parties contractantes beneficiant du traitement de la nation la plus favorisee n'est pas stipule, la marge de preference ne depassera pas la difference qui existait le 10 avril 1947 entre le taux applicable a la nation la plus favorisee et le taux preferentiel;
b.    pour les droits ou impositions applicables aux produits non repris dans la liste correspondante, la difference qui existait le 10 avril 1947 entre le taux applicable a la nation la plus favorisee et le taux preferentiel.
En ce qui concerne les parties contractantes enumerees a 1'annexe G, la date du 10 avril 1947 citee dans les alineas a et b du present paragraphe, sera remplacee par les dates respectivement indiquees dans cette annexe.

____________
RO 1959 1807; FF19591621 1      RO 1959 1801